Convention pour le redressement de l’Ecole et de l’Enseignement supérieur : intervention d’Aymeric DUROX, SD CR77 et IDF

Convention pour le redressement de l’Ecole et de l’Enseignement supérieur : intervention d’Aymeric DUROX, SD CR77 et IDF

Jeudi 22 septembre avait lieu la première des Conventions thématiques données dans le cadre de la campagne présidentielle de Marine Le Pen, consacrée au redressement de l’École et de l’Enseignement supérieur.

Les débats, organisés en tables rondes, furent extrêmement riches et novateurs. Marine Le Pen conclut brillamment cette Convention, à l’issue de laquelle Alain Avello lui remit les 100 propositions pour l’École et l’Université de demain, que vous pouvez retrouver ici.

Un reportage réalisé par le Front sur la Convention est disponible ici

cs-m5v_xeaaiv2-jpg-large

Aymeric Durox, secrétaire départemental du Collectif Racine 77 et coordinateur IDF a eu l’honneur d’intervenir sur la deuxième table ronde intitulée « Instaurer davantage d’autorité, de sécurité et de laïcité pour plus de sérénité ».

cs9p1udwgaeqwje cs9p1uiweaar_57

Son intervention porta sur l’instauration d’une tenue uniforme à l’école, que vous pouvez retrouver in extenso ci-dessous.

Vidéo de la convention ici ( intervention de Aymeric Durox à partir de 1h00mn22′)

Article relativement honnête malgré quelques erreurs approximatives et un évident parti pris du café pédagogique sur mon intervention.

« 

Bonjour à tous,

Je suis Aymeric Durox, enseignant en histoire-géographie en section européenne dans un lycée de la région parisienne. Je suis diplômé de science po Toulouse, j’ai étudié le droit public et suis également titulaire d’un master 2 en Histoire. Je suis par ailleurs responsable du Collectif Racine en Seine-et-Marne et au niveau de la région IDF.

Mon propos portera sur le port d’un vêtement uniforme que nous souhaitons de longue date instaurer au sein de l’école de la République, souhait dont je vais brièvement vous exposer les motifs, qui recoupent parfaitement, vous allez le constater, les trois thèmes de notre table ronde.

Mais tout d’abord, tordons le coup à cette idée reçue qui voudrait que le souhait d’instaurer le port d’un vêtement uniforme reflète une conception passéiste, dépassée voire réactionnaire de l’école.

En effet, rappelons que notre pays n’a jamais connu l’uniforme imposé à l’école. Lorsque vêtement commun il y avait, il s’agissait en réalité du port d’une blouse obligatoire, et ce jusque dans les années 1960.

Par ailleurs, cette idée d’une tenue uniforme n’est pas incongrue dans la France de 2016. Elle est notamment la norme dans les 6 lycées de la défense, autrefois appelés lycées militaires, et qui symbolisent on ne peut plus les valeurs de notre République. Ouverts aux enfants de fonctionnaires, militaires compris bien sûr mais pas que, aux pupilles de la nation et aux élèves boursiers, ces établissements du mérite s’ancrent encore aujourd’hui dans un idéal et des pratiques trop souvent mis en difficultés au sein de l’école publique. L’ancien élève du lycée militaire de Saint-Cyr que je suis sait toutes les vertus du port d’une tenue uniforme dans un tel établissement accueillant des élèves venant de tous les horizons.

Mais cette idée d’un vêtement uniforme est aussi une réalité tangible dans la France de 2016, en dehors de la métropole, dans nos chers départements et territoires d’outre-mer, que nous n’oublions pas. En effet, aux Antilles et en Guyane, la tenue uniforme est largement majoritaire dans les écoles primaires et collèges et rencontre par ailleurs un succès grandissant.  Elle est également aussi présente en Polynésie française et sera généralisée dans les provinces sud de la Nouvelle-Calédonie à la rentrée 2017, rentrée qui décidément promet d’être patriote.

Ainsi, si nos compatriotes d’outre-mer ont jugé que le port d’une tenue uniforme était une bonne idée, pourquoi ne pourrions-nous pas en penser autant pour la métropole ?

 cs93nxrxyaam3y4-jpg-large

Vous l’avez compris, loin d’être un concept dépassé, le vêtement uniforme à l’école est en réalité une idée concrète, d’actualité, finalement d’une grande modernité, et qui présente, je l’ai dit, bien des avantages.

Pour rétablir la laïcité, tout d’abord, l’utilité d’une tenue uniforme paraît évidente. Depuis l’affaire du voile à Creil en 1989, l’école de la République fait face à des revendications religieuses et communautaristes de plus en plus fortes et insistantes, surtout ces dernières années. Le port d’une tenue uniforme empêchera ainsi toute manifestation de signes religieux ostentatoires ou toute volonté d’en afficher, mais permettra également de faire cesser cette course aux marques coûteuses, génératrices de tensions et d’inégalités sociales. Ainsi, la tenue uniforme redonnera son vrai sens au si beau concept de l’égalité, qui sera de fait au sein de l’école de la République, où les élèves ne seront plus distingués par les vêtements qu’ils portent, mais par leur mérite. Cette tenue uniforme favorisera également un sentiment d’appartenance dépassant les particularismes hérités de chacun, et renverra une image positive et valorisante notamment aux enfants des quartiers populaires, permettant ainsi leur émancipation et leur élévation au sein de la République.

 cs9scbwwcaasylj-jpg-large

Mais le port d’une tenue uniforme c’est aussi le moyen de rétablir la sécurité à l’école.

Il permet concrètement de repérer plus facilement les intrusions d’individus extérieurs à l’établissement et réduit fortement les risques de vols et de rackets entre élèves, au sein de l’école et en dehors. Il protège en outre les jeunes filles soumises de plus en plus précocement aux affres de l’hypersexualisation.  Il instaure en définitive une sorte de rupture symbolique avec l’environnement parfois violent de l’école, contribuant à sanctuariser cette-dernière et favorisant ainsi sa première mission, la transmission des savoirs. L’uniforme apparaît comme une frontière dont l’objectif est tout autant de protéger le citoyen en devenir que d’assurer sa liberté.

Enfin, le port d’un vêtement uniforme c’est aussi la possibilité de restaurer une nécessaire autorité, gage évident de réussite à l’école, dont les élèves sont les plus demandeurs, en particulier ceux des quartiers populaires qui sont bien souvent en manque de repères et attendent beaucoup de l’École de la République. Le port d’une tenue uniforme instaure de fait une discipline plus naturelle propice à l’apprentissage, évitant les dispersions causées par des motifs futiles. Il permet à l’élève de se concentrer sur son être et non sur son paraître.

En somme, vous l’avez compris, la tenue uniforme à l’école contribuera à rétablir l’autorité, la sécurité, et la laïcité pour une école apaisée et sereine que nous appelons de nos vœux et que seule Marine Le Pen est en mesure d’instaurer.

École apaisée, qui permettra de retrouver notre rang dans le concert des nations, car comme le disait Jules Simon, philosophe et homme politique de la IIIème République, « le peuple qui a les meilleures écoles est le premier peuple, s’il ne l’est pas aujourd’hui, il le sera demain »

Je vous remercie de votre attention. »

 tweet-thibaut-de-la-tocnay

 

Ce poste a été rédigé par
Secrétaire départemental du Collectif Racine 77 Coordonnateur interdépartemental du Collectif Racine pour l’Île-de-France.

Trackbacks

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>